Skip to main content
eScholarship
Open Access Publications from the University of California

About

Welcome to Paroles gelées! The editorial board would like to thank all of those who helped to make our archives available online and facilitate our transition to online publishing. Special recognition goes to Stacey Meeker for her assistance as Publications Director for the Graduate Student Association at UCLA and to Michelle Tu for designing the new Paroles gelées logo. Further acknowledgements to the many students and staff who contributed to this achievement are available in the Spring 2009 issue of Paroles gelées.

Representations of Remembrance

Issue cover

Front Matter

Articles

Retracer le passé : Rupture et Récupération de la mémoire familiale chez Modiano, Sebbar et Sansal.

Bien que le lien entre lieux et mémoire soit attendu depuis la publication de l'œuvre fondatrice Les Lieux de mémoire de Pierre Nora, la prévalence des lieux et des pérégrinations comme clef d'un passé traumatique dans la littérature francophone contemporaine continue à redéfinir la nature même de la mémoire. Les similarités dans la manière dont la fiction francophone  propose une contre-mémoire aux narrations officielles de la période d'Occupation en France et de la guerre d'Algérie sont frappantes. L'utilisation de la topographie comme moyen de combler l'incapacité à dire, la transmission du traumatisme, et les réévaluations et réinterprétations nécessaires du passé illustrent certaines discussions théoriques clefs des études mémorielles. Le narrateur du roman de Modiano Dora Bruder remet en question les mémoires de la seconde guerre mondiale à travers la topographie parisienne alors qu'il enquête sur le destin d'une adolescente juive en fugue tout en essayant de recomposer le puzzle de son propre lien généalogique avec le passé collaborationniste de la France. La Seine était rouge est devenu un texte clef au sujet des contre-mémoires de la guerre d'Algérie. Comme celui de Modiano, le roman de Sebbar remet en question le rôle des lieux dans la récupération et la réinterprétation de la mémoire, mais remet également en question le fonctionnement, et échec potentiel, de la postmémoire lorsqu'une rupture communicationnelle existe entre les générations. De plus, le texte de Sebbar introduit le rôle des médias d'une manière qui lie lieux de mémoire, poste-mémoire et mémoire prosthétique. Le roman de Sansal Le Village de l'Allemand ou le journal des frères Schiller créé un lien thématique entre les deux autres romans en cela qu'il traite à la fois de  la période de l'Occupation en France et de la guerre d'Algérie.  Il est également lié aux deux autres de manière plus théorique, puisqu'il remet également en question les mécanismes de la postmémoire lorsque la communication directe est impossible. Les questions suivantes émergent à la lecture de ces trois romans : Que se passe-t-il lorsque le lien familial de la postmémoire est rompu ? Les lieux peuvent-ils être vecteurs de postmémoire ? Quel est le rôle des prosthétiques dans la postmémoire lorsque le lien naturel n'est plus là ? Comment ces trois romans peuvent-ils nous aider à repenser le concept de la postmémoire en lien avec la postmémoire et la mémoire prosthétique ?

“La répétition de l’Histoire” . La mise en scène narrative de la commémoration dans Revoir Nevers de Roger Magini

L'article traite des enjeux mémoriels et historiques soulevés de manière explicite et implicite dans le roman Revoir Nevers (2006) de Roger Magini. Il s'agit d'abord d'analyser les réflexions diverses à l'égard du passé suscitées au cours de la lecture, soit son appropriation difficile, les médias de transmission de la mémoire et l'image de l'Histoire véhiculée. Ensuite, l'analyse se penche sur les liens intertextuels qu'entretient ce court roman à structure narrative complexe à La Femme des sables d'Abé Kôbô et à Hiroshima mon amour de Marguerite Duras. Ce faisant, l'article a recours à l'étude de Catherine Dana sur les "Fictions pour mémoire" (1998) afin de démontrer le potentiel de Revoir Nevers d'agir en tant que "fiction pour commémoration".

Memory and Forgiveness: Addressing the Legacy of the Dark Years in Contemporary French Politics

On July 16, 1995, Jacques Chirac became the first president to publicly acknowledge the French Republic’s shared responsibility in the persecution and deportation of thousands of Jews to Nazi concentration camps during World War II. Speaking at the anniversary of the Vél d’Hiv roundup, Chirac issued a public apology for the French state’s complicit role in the deportation and extermination of Jews, while emphasizing that the errors committed during the war were a ‘faute collective’ and thus the blame for the deportations had to be shouldered collectively by the French nation.

In the years following Chirac's groundbreaking speech, France as a nation has grappled with the notion of a devoir de mémoire within the political and cultural frame of contemporary memory of French complicity during the war. However, with this heightened public interest in the French obligation to remember its wartime past, the tension between memory and history has become increasingly palpable and a growing debate on the problematic nature of the call for remembrance has ensued.

This essay will examine the ongoing debate surrounding collective memory and history in contemporary French politics as well as the underlying question of whether forgiveness of the French Republic for its actions against Jews during the Dark Years can truly be achieved. By concluding with an examination of Jacques Derrida’s discussion of the aporia of forgiveness, I hope to further explore the symbiotic relationship between political discourse and collective memory and how this affects the reconciliation process in postwar France.

La création d’un idéal national français à travers la redécouverte de La Chanson de Roland par Léon Gautier

La publication de sa huitième édition de La Chanson de Roland marqua une grande victoire pour Léon Gautier. Cette publication apparu en 1881 ; une année après que La Chanson de Roland soit devenue une œuvre obligatoire au programme des élèves de seconde à travers la France entière. Mais pourquoi parler de grande victoire ? Le projet de Gautier consiste non seulement à rétablir la chanson en tant que document littéraire et historique témoignant de la grandeur et de l'ancienneté de la nation française.Il s'agira donc d'analyser les choix philologiques de Gautier comme symptomatique de son projet nationaliste.